Indian klaxon mon amour

27 01 2013

Le visiteur occidental qui pose pour la première fois le pied en Inde, est immédiatement saisi de vertige tant tout y est différent. À peine jeté en pleine rue, le premier choc provient de la circulation démentielle, infernale et anarchique et principalement des klaxons assourdissants. En Inde, le klaxon est le seul accessoire d’un véhicule totalement indispensable. Les rétroviseurs, clignotants ou autres gadgets sont purement décoratifs.

Absolument tous les véhicules, que ce soit les voitures, camions, bus, trains, autorickshaws, motos, scooters ou rickshaws, klaxonnent en moyenne toutes les dix secondes, parfois plus en ville. Le klaxon est profondément ancré dans la culture indienne et pratiquement tous les camions et autorickshaws affichent à l’arrière « Please Blow Horn » ou « Sound Horn »(s’il vous plait, klaxonner) d’autres ajoutent « Use deeply at night » (utiliser intensément la nuit) et d’autre encore « J’ai une famille et des enfants, s’il vous plait klaxonner ». La nuit, même s’il est absolument tout seul, un véhicule va continuellement klaxonner pour traverser une ville.

En tout bon ingénieur, je me suis amusé à calculer le nombre de coups de klaxon produits en Inde et je suis arrivé au chiffre effroyable de 50 milliards de coups de klaxon par jour. Si l’on considère qu’un coup de klaxon dure en moyenne une demi-seconde et consomme une dizaine de Watt, on arrive au chiffre faramineux d’une centaine de mégawatts consommés en permanence uniquement dus aux habitudes de conduite des Indiens. Ce qui représente tout de même quelques milliers de tonnes de pétrole brulé inutilement chaque jour et autant de CO2 rejeté. Mais ceci est tout à fait secondaire, l’écologie étant aujourd’hui au stade du zéro absolu en Inde.

Après avoir parcouru pas mal de pays de par le monde, on s’aperçoit que le degré d’avancement d’un pays est toujours inversement proportionnel au nombre de coups de klaxon que l’on entend. Il serait donc facile de mettre en œuvre un appareil comptabilisant les coups de klaxon en fonction du nombre de véhicules, pour en mesurer le taux d’évolution d’un pays. Cet appareil simple, fiable et objectif, pourrait s’appeler, par exemple, le civiloclaquessommètre.

Alors qu’en occident, nous avons tendance à faire attention aux plus faibles, l’Indien raisonne logiquement par castes, et ceci s’en ressent dans ses habitudes de conduite. Les camions et les bus, de la plus haute caste, ont tous les droits et priorités. Ils peuvent s’engager sur la route sans prévenir ni même jeter un coup d’œil sur les véhicules arrivant à quelques mètres d’eux, ils peuvent déboiter pour doubler au sommet d’une côte ou bien encore rouler en contre sens sur l’autoroute, personne ne s’en offusquera étant d’une castre inférieure. On peut donc définir l’ordre des priorités comme suit : les camions et les bus, les tracteurs, les voitures, les charrettes attelées, les autorickshaws ou tuktuk, les motos et scooters, les rickshaws, les vélos et enfin les pauvres piétons qui n’ont absolument aucune priorité y compris sur les passages dits protégés. Les vaches sont d’une caste à part possédant un statut sacré intrinsèque un peu spécial.

Marcher dans les rues des villes en Inde, relève du défi permanent. Les trottoirs étant inexistants ou, quand ils existent, servant de parking à moto. Le piéton n’a pas d’autre choix que de marcher sur la chaussée provoquant bien sûr un concert ininterrompu de klaxon. Il nous est arrivé, après avoir tenté longuement et désespérément de traverser une rue, de prendre un tuktuk qui passait par là, pour finir les quelques mètres pour nous rendre à notre hôtel.

J’imagine le pauvre Indien, fraichement débarqué au Portugal – pays qui est pour moi LE modèle dans le genre, et qui s’approcherait trop près d’un passage pour piétons. D’abord surpris de n’entendre aucun coup de klaxon, il verrait aussitôt tous les véhicules s’immobiliser pour le laisser passer. Le pauvre Indien en tomberait probablement sur ses fesses, pensant qu’il a atteint le plus haut niveau de son saṃsāra, le stade de dieu vivant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Actions

Information

9 responses

27 01 2013
chantal05

chronique de la circulation en inde ! vu le nombre d’humains dans ce pays : rien d’étonnant mais le danger permanent doit être une cause de stress pourtant à les voir , ils ont tous l’air calme et serein ! ton calcul Polo est révélateur mais leur principal souci est d’arriver au stade des pays capitalistes donc encore plus d’autos etc.. donc de pollution , d’accident etc…
bisous à vous deux et faites très attention !
Chantal .

1 02 2013
Sillage de Voyage

Oui, tu as raison leur principal souci est de consommer plus. Il n’y a qu’à voir les pubs qui passent à la télé, c’est du vrai lavage de cerveau pour acheter toujours plus. Comme chez nous… Ils ont complètement perdu leur spiritualité pour accéder au monde bien matérialiste. Ils ont l’air calme, mais je pense qu’ils sont plutôt fataliste, d’où moins d’animosité.

Gros bisous.

2 02 2013
chantal05

coucou les amis ! dommage pour eux mais profitez en avant que cela ne devienne moche car l’europe est uniformisée quelle dommage , la culture fout le camp !
gros bisous et continuez à nous faire r^ver .

27 01 2013
Jess

Hahahha !!! Je ris !!! Ton sujet est très drôle, mon père. Tu devrais faire breveter ton civiloclaquessommètre, tu pourrais gagner le concours Lépine haut la main, voir le Nobel. En attendant, soyez prudents en traversant la route ! Et d’ailleurs, tiens, comment son perçus les occidentaux ? Est-ce que le système des castes fonctionne pour eux ?
Bises les cocos et à bientôt,

Jess

1 02 2013
Sillage de Voyage

Merci Jess, je vais de ce pas faire breveter l’engin.
Les Occidentaux dans les zones touristiques sont perçus comme des porte-monnaie sur pattes. Sinon, nous avons été reçus chez des habitants très pauvres et l’on avait l’impression qu’ils étaient vraiment intimidés de recevoir des blancs. Pour un hindou, plus tu es blanc, plus tu es d’un niveau élevé. Leurs dieux sont généralement blancs comme de la porcelaine ou parfois bleus comme des Schtroumpfs.

Gros bisous à vous tous.

27 01 2013
Any

Bonjour les troubadours (cela fait aussi du bruit )
J’ai adoré le texte ,c’est du Gotlib écolo. j’ adore ! Je cherchais Gaston et son monstrueux klaxon sur toutes les photos !
J’espère que lorsqu’ils viennent en Europe on leur explique un peu !
Quelle migraine en fin de journée …..et que de belles insomnies !
Profitez Bien de tous ses délicieux déchirements tympaniques en tous genres . Pleins de bises

1 02 2013
Sillage de Voyage

Merci Any. J’en rougis.
Pour le klaxon monstrueux, j’en ai pas vu, mais j’en ai entendu de très très monstrueux. Sinon, on finit par s’habituer et même par ne plus y faire attention.Curieux, non ?
Gros bisous pleins d’épices.

27 01 2013
najelys

Bonjour, j’ai adoré ton article, tu nous fait bien ressentir l’ambiance et le stress qu’on peut avoir au milieu de cette foule !!! Bises à tous les deux et bonne continuation dans votre périple.

1 02 2013
Sillage de Voyage

Merci Sylvana. Oui, c’est vrai qu’au début c’était extrêmement stressant, mais on commence à s’indianiser et du coup on stresse moins. Maintenant, on est prêt pour aller n’importe où sur la planète… on va trouver ça cool.
Gros bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :