Gastronomie sud-africaine

28 02 2014

Je n’ai pas encore parlé de la gastronomie sud-africaine, mais existe-t-elle ?

Ce qui est certain c’est qu’on peut trouver de tout et pourtant rien n’est comme en France, c’est plutôt style U.S., des produits low fat mais plein de cochonneries, j’ai renoncé à manger des yaourts, car il est impossible de trouver un yaourt sans stabilisateur, gélatine ou autre « preservatif », tout est plein de chimie ! Le pain est enrichi aux protéines (?!!!) et je suppose que le maïs et le soja sont OGM et la viande pleine d’hormones, d’ailleurs on a grossi tous les 2 ! Il y a beaucoup d’obèses ici !

Pourtant, on peut dire que généralement dans les restaurants la nourriture est bonne. Mais les portions sont pantagruéliques, je veux toujours essayer un dessert, mais je n’y arrive jamais… aujourd’hui, j’ai décidé de prendre le plat de poisson le moins cher (58 rands = 4 €) pensant avoir une petite assiette… et bien j’avais à manger pour deux personnes, car avec le poisson il y avait des calamars, des beignets de crevettes, des moules à la crème, des frites, du riz et une salade grecque ! En laissant les frites et le riz, j’ai pu tester la mousse au chocolat : bonne, mais… riche ! Il est 19 h 30 et je crois que ce soir je ne mangerai pas… ! Si, je vais quand même manger deux pêches, ils ont une variante de nos pêches jaunes plus fermes, elles ont la couleur et le gout de l’abricot et sont vraiment excellentes, les fruits sont très bons.

Pour finir sur une note positive, un petit commentaire sur le vin qui est très bon. J’ai une préférence pour les blancs secs qui ont souvent des arômes de fruit assez prononcé très agréables, les rouges ne sont pas mal non plus, mais je les trouve un peu forts.

Vana

Une assiette à 4 €

Une assiette à 4 €





La cuisine de l’Algarve… et d’Olhão

15 11 2011

Ce n’est pas une surprise le plat principal est la morue (bacalhau) cuisinée de nombreuses façons : grillée, en ragout, à la crème (super bon !!!), aux oignons, etc.  Il y a vraiment une recette pour chaque jour de l’année !!!

Mais il y a quantité d’autres poissons ; souvent grillés accompagnés juste de pommes de terre bouillies et de quelques crudités ou bien cuisinés avec des coquillages et des crevettes, mijotés avec oignons, tomates et poivrons : c’est la cataplana.

Les portions sont monstrueuses aussi il ne reste pas beaucoup de place pour autre chose surtout qu’avant le plat principal il y a tout un tas de petites coupelles avec olives, fromage, coquillages, huitres (chaudes), pain et beurre.

Donc le dessert est souvent un fruit : ils sont tous délicieux et il n’y a que l’embarras du choix. Bien sûr il y a les gâteaux, mais à mon avis il faut faire comme les Portugais les manger quand on à une petite faim (ou simplement une envie !) tranquillement installé à la terrasse d’un café, car les gâteaux c’est incontournable ici ; il y a des pâtisseries partout, partout !!!

Il existe des gâteaux de toute sorte et la plupart vraiment délicieux et… il y a le folar d’Olhão vendu dans tout le Portugal qui est fabriqué par la cousine de Polo : des couches de pâte enrobées d’un sirop à la cannelle et au beurre et le tout caramélisé, c’est un peu riche d’accord mais on en redemande !!!

Les vins sont très bons, moi j’ai un faible pour le vinho verde qui pétille un peu et qui passe bien à l’apéro avec de petites choses à grignoter, la bière n’est pas mal non plus. Pour les amateurs il y a bien sur le porto à boire à la fin du repas avec une petite douceur.

La viande est bonne également : le ragout (guisado) de génisse avec pomme de terre et haricots verts d’une autre cousine était très réussi, merci Madalena !!!

-vana-

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Ca balance pas mal à Anamour

1 02 2011

Donc nous voici depuis quelque temps déjà à Anamour. Ici difficile de buller très longtemps et nous occupons pas mal nos journées comme nous l’allons montrer tout à l’heure.

Séance de Yoga

Dès le matin pour se mettre en forme, rien de tel qu’une bonne petite séance de Yoga.

Voici les professeurs, Serge dit « Sairgay » comme l’appelle ici les Turcs et Sauca prononcer « Saucha »

Serge est une sommité dans son domaine. Suivant la doctrine Indou, il a formé des professeurs de yoga gracieusement, dont sa fille Jessica. Maintenant, chaque fois que ces professeurs organisent des stages de yoga, une partie des revenus lui est destinée.  C’est donc un investissement à long terme qui lui permet maintenant comme il dit de « buller sur la plage avec les copains ».

A 67 ans, Serge a gardé, grâce à une pratique quotidienne de son art, une jeunesse et une vitalité incroyable.

 

Nous voici donc le matin sur la terrasse du restaurant du camping transformé pour l’occasion en salle de yoga en plein air.

Nos amis turcs chantants…

Comme je le disais précédemment, les Turcs sont absolument tous d’une gentillesse incroyable. Serge ne veut d’ailleurs plus partir et veut demander l’asile…

Nous avons fait la connaissance de Turcs faisant partie d’un groupe de musiciens et de chanteurs. Et c’est souvent que nous sommes invités à leur rendre visite ou à des repas.

Lorsque l’on est invité chez des personnes ici, difficile de repartir les mains vides. Les fruits poussant ici à profusions, il n’est pas question de repartir sans une petite main de bananes de 5 kg.

Soirées avec un groupe de musiciens

Et c’est ainsi que nous participons aux repas et aux concerts de ce groupe.

Le Çiğ Köftecisi

Le Çiğ Köftecisi est une spécialité dont les Turcs raffolent. Il est servi tout à la fin du repas avec le thé. Cela commence par un spectacle, ou le plat contenant le met tant convoité est présenté à tous les convives en faisant tourner le plateau dans tous les sens et en exécutant des pas de danse. Fait à base de piments très forts et de riz, il est servi en petites boulettes dans une feuille de salade que l’on arrose d’un jus de citron.


Cérémonie du thé avec nos amis Bédouins

Pendant quelque temps un groupe de Bédouins d’Arabie Saoudite sont venus s’installer à côté de notre casita. Après les Salamalecs d’usage, il y a eu la cérémonie du thé offerte sous leur tente. Des gens très charmants chez qui l’hospitalité même sous une tente Lafuma a une profonde signification.


Petite séance de farniente sur la plage

Et quand on nous en laisse le temps, il nous arrive de nous prélasser sur la plage et d’admirer les couchers de soleil qui sont ici flamboyants.

Et voilà un petit clin d’œil de Vana qui va faire râler par mal de monde…

Voilà, j’espère avoir réussi à vous faire partager une petite partie de nos activités. Comme vous le voyez, ici la vie s’écoule paisiblement.

Nous attendons tranquillement en suivant heure par heure les événements en Égypte. J’ai perdu tout contacte depuis quelques jours avec Wael, un guide Égyptien que m’avait présenté Michelle ma sœur et qui est devenu un ami. Nous étions en contact presque tous les soirs grâce à Skype, discutant des événements et des visites à faire en Égypte et en Libye, et là plus rien. N’hésitez pas à soutenir le peuple Égyptien et à signer les pétitions.

-p-





Gastronomie grecque et turque

29 12 2010

Ce qui a changé avec l’arrivée en Grèce c’est la disparition des épinards, donc plus d’épinards, mais tous nos légumes d’été de nouveau (il fait plus chaud !) et évidement la feta et le yaourt. Personnellement je n’ai pas trouvé que les Grecques avaient une cuisine très élaborée, mais peut-être en étant hors saison dans les endroits côtiers (donc touristiques l’été) les restaurants ne proposaient pas toujours toutes les spécialités à la période où nous sommes passés. Ce qui m’a étonné par contre c’est qu’il y a de très bons vins (surtout blanc) même à des prix plus que raisonnables.

Avec la Turquie par contre on peut vraiment parler de gastronomie avec toutes sortes de plats très variés. C’est la cuisine grecque avec en plus les légumineuses comme les pois chiches (introuvables en Grèce) et les lentilles et aussi le boulgour et les épices. Il y a quantité de plats : des soupes, des dolmas (tout ce qui se farcie), des entrées, des viandes (sauf porc : 98% de musulmans en Turquie), des poissons, pleins de légumes, il y a même du fromage et bien sur pléthore de desserts. Il y a du vin, également qui n’est pas mauvais.

Bientôt 10 jours que nous sommes à Anamur et ici tout pousse !!! À côté des bananeraies (c’est la récolte en ce moment, y en a partout ! avec un tas de gros camions chargés à bloc qui vont et viennent incessamment) nous avons vu des champs de fraises, de poivrons, de cébettes, d’aubergines et le marché est pourvu en fruits et légumes de tout genre et tout ça très bon marché : rien au-dessus de 1€ le kilo. On a même mangé dans un restaurant pour 3€ par tête avec salade, poulet, boulgour aux légumes avec pois chiches, yaourt, le tout arrosé avec un thé (çay).

-vana-

Ce diaporama nécessite JavaScript.





La gastronomie dans les Balkans

3 11 2010

Tout d’abord merci à tous pour vos commentaires !

Pour répondre aux nombreuses questions sur les gastronomies locales… et bien… la nourriture est de type méditerranéen partout avec quelques variantes, dans tous les pays traversés il n’y a que de la nourriture locale et de saison (en ce moment par exemple c’est pommes, mandarines, oranges et grenades pour les fruits, les tomates deviennent rares remplacées par les carottes, les choux et les épinards)

Sur les cotes plein de poissons, de calamars et de poulpes grillés ou bien en friture, dans l’intérieur de l’agneau principalement avec une spécificité : c’est toujours de la viande très cuite, le mot saignant n’existe pas dans les langues balkaniques, la viande est souvent cuite à la broche et en Albanie leur technique de barbecue est la même que l’assado argentin.

Les fromages sont la plus part du temps des fromages de brebis (du très frais (partout) ou très sec (surtout sur les îles croates).

Ce qui nous a surpris c’est la préparation des épinards, il y en a partout, souvent cuisinés avec des pommes de terre en accompagnement des viandes et poissons, dans plein de sortes de tourtes et chaussons (byrek) mélangés avec du fromage frais souvent.

Pour les gourmands (et gourmandes) plein de pâtisseries bien sur, très variées, avec des influences byzantines donc des gâteaux orientaux dégoulinants de miel ou bien très légers et peu sucrés d’influence austro-hongroise… (Pour les nuls en histoire : depuis l’Albanie, l’influence austro-hongroise c’est fini).

Et le vin est bon partout, voire très bon si on y met le prix, un peu… comme chez nous… !!!

-Vana-

Ce diaporama nécessite JavaScript.