Alquézar

14 06 2015

IMG_3853_BQ

Publicités




Quien no ha visto Sevilla, no ha visto maravilla

2 11 2011

Chaque fois en venant à Séville, c’est le même enchantement. Tant de merveilles concentrées sont toujours un étonnement. Séville, une ville où il doit faire bon y vivre, mis à part en été où les températures s’affolent, s’affollent allégrement. Mais en cette fin octobre, avec ces températures agréables ce fut un réel plaisir.

Le Sévillan est calme et nonchalant ici sans doute plus qu’ailleurs en Espagne. En déambulant dans les rues toutes plus jolies les unes que les autres, nous avons cherché en vain le fameux barbier, mais nulle part de barbier. Sans doute était-il à l’Alcazar. Nous y sommes donc allés et une queue interminable nous y attendait, mais une fois à l’intérieur, on oublie tout et l’on ne peut qu’admirer ce chef-d’œuvre. Alors, admirons.

-p-

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Lambinage sur la Costa Del Sol

29 10 2011

Avant Sevilla la maravilla et après l’Alcazaba de Almeria, à l’écart du bétonnage massif et des serres en plastique, nous avons continué à lambiner sur la Costa Del Sol, à la recherche de petits villages tranquilles perchés sur leur rocher regardant la mer.

Et le 26 nous avons fêté dignement mon anniversaire devant une monstrueuse parilla de poissons et fruits de mer que, j’en ai honte, je ne n’ai pas pu finir complètement…

-p-

Ce diaporama nécessite JavaScript.





De Carthagène à La Negras

25 10 2011

Après Valence, nous avons un peu lambiné sur la côte espagnole. Le long de ses plages sans fin nous avons pu savourer quelques moments de calme en dehors de l’arrritationne de Valence.

Un petit passage à Carthagène, ville curieuse et néanmoins intéressante. Ici, l’on sent que la crise est passée et continue. Témoin ces immeubles dont ne reste debout que la façade classée, mais dont personne ne peut payer la restauration. Ville bâtie autour de collines au bas desquelles des immeubles font ce qu’ils peuvent pour les dépasser. Curieux également ces vestiges romains que mangent les constructions tout autour et ces veilles constructions complètement dévorées par des promoteurs sans vergogne.

En ce moment, nous sommes au parc naturel du Cabo de Gata-Nijar magnifiquement conservé du béton avec son petit village de pêcheur La Negras qui doit son nom au rocher noir faisant penser au visage d’une femme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Nouveau départ

20 10 2011

Et voilà depuis quelques jours c’est reparti pour la suite de notre tour de la Méditerranée. Nous descendons tranquillement vers le Sud où les températures et le soleil sont toujours au rendez-vous bien que demain quelques gouttes de pluie soient annoncées.

Nous commençons à prendre nos repères avec notre casita dos et apprécions de pouvoir nous isoler où les autres ne pourrons jamais aller : notre chemin commence où celui des autres fini !

Notre descente le long de la côte méditerranéenne nous a amené dans le parc naturel du Delta de l’Ebre avec ses allures de Camargue. Puis visite de la belle ville de Valence.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Alquézar, son château, ses canyons, ses graines germées…

31 05 2011

Nous avons passé deux semaines inoubliables à Alquézar en Aragon, chez nos amis Sauca et Serge, les fameux yogis que nous avions rencontrés à Anamur en Turquie. Alquézar est un charmant village médiéval fièrement perché sur son rocher entouré de profonds canyons.

Sauca et Serge habitent juste à côté depuis de nombreuses années et nous ont fait ainsi, en deux semaines, découvrir des coins magnifiques, paisibles et incontournables de l’Aragon. L’Aragon ce n’est pas la Castille. Ah ! Mais non.

La région d’Alquézar est aussi un haut lieu du canyoning et de l’escalade. Ici, les fondus viennent du monde entier pour assouvir leur passion. Le parc naturel de la Sierra y Cañones de Guara tout proche, situé aux pieds des Pyrénées, offre également de magnifiques ballades dans un cadre verdoyant et d’un calme absolu. On peut également y observer de nombreux rapaces, qui passent et repassent à quelques mètres au-dessus de nos têtes, sans un battement d’ailes.

Nos deux amis sont aussi les champions de la graine germée, leur réputation va bien au-delà de l’Aragon et nous en avons ainsi mangé des centaines de kilos de toutes sortes et toutes les couleurs. Avec ce régime, nous sommes revenus avec une forme olympique.

Maintenant, place aux images…

Ce diaporama nécessite JavaScript.