Aquarelles du Maroc

1 04 2012
Ait Mansour

Ait Mansour

Lakhaa

Lakhaa

Chefchaouen

Chefchaouen

Agdz

Agdz





Le tour du Maroc en images

16 03 2012

Voici une rétrospective en images de nos trois mois passés au Maroc. Trois mois n’auront pas été suffisants pour visiter tout le Maroc ; il nous restait encore pas mal de lieux à explorer notamment la côte Méditerranéenne et le Rif, mais le « mektoub » en a décidé autrement.

Le Maroc reste toujours le plus beau pays que nous ayons visité de par la diversité et la beauté de ses paysages et aussi la gentillesse de ses habitants. Même s’il a perdu un peu de son charme, c’est toujours un immense plaisir d’y revenir. Il y a 15 ans, par exemple, pour se rendre aux pieds des dunes de Merzouga, il fallait emprunter des pistes de tôle ondulée, suivre des plots de balisage sur plusieurs kilomètres, suivre des poteaux électriques bien utiles lorsque le vent de sable se levait empêchant de voir à plus de quelques mètres, il fallait également déjouer les pièges que nous tendaient les habitants des petits bleds traversés en déviant la piste vers des zones de fech-fech et venaient comme par hasard vous désensabler pour quelques dirhams. Après tout cela, l’arrivée aux pieds des dunes était un grand moment d’extase. Aujourd’hui, c’est presque une autoroute qui nous emmène aux pieds des dunes. Bien sûr, les hôtels y ont poussé comme des champignons et les 4×4 viennent troubler votre contemplation du soleil couchant sur les grandes dunes orange. Mais la magie fait toujours son effet.

Dans cette rétrospective vous y trouverez des images que vous avez déjà vues et que j’espère vous reverrez avec plaisir, plus de nouvelles images d’un petit peu partout. Il n’a pas été facile de sortir 80 photos tant il y a de choses magnifiques à voir au Maroc. Bien sûr, cette rétrospective n’est qu’une pâle image de la réalité tant il manque les quatre autres sens. J’espère néanmoins que vous apprécierez ; si c’est le cas, un tout petit mot en passant ça fait toujours plaisir.

Pour voir le diaporama cliquer sur l’image ci-dessous. Une fois le diaporama lancé, pour l’afficher en plein écran, cliquez sur l’icône en bas à droite.

Polo.

Beautiful Morocco and Moroccan peoples

Beautiful Morocco and Moroccan peoples





Vana marchant dans le désert

8 03 2012

Allez en attendant le prochain reportage, voici une photo de Vana marchant dans le désert.

La photo n’a pas été prise d’avion mais du sommet d’une ‘tite dune.

Vana marchant dans le désert

Vana marchant dans le désert

 





Printemps en fleurs dans l’Anti-Atlas

15 02 2012

Pendant qu’en Europe, c’est l’hiver, ici dans l’Anti-Atlas, c’est déjà le printemps. À 1300 mètres d’altitude, tous les amandiers sont déjà en fleurs. Dans les gorges d’Aït Mansour, c’est une vraie féérie.

Mais plutôt que de longs discours, voici un diaporama que vous pouvez voir en cliquant sur l’image suivante.

Bonne ballade.

-p-





Le Grand Sud

27 01 2012

On traine dans le désert depuis bientôt 18 jours et déjà quelques mirages nous disent de faire demi-tour. Tiens, tiens, ça me rappelle une chanson ça.
En fait, c’est un invité-surprise, un passager clandestin, qui s’était invité et qui nous a dit de faire demi-tour. Le Vent. Le vent du désert avec des nuages de sable. Du sable, on en avait de partout. Dans toute la Casita. Vous n’aurez pas les photos de tempête de sable. Non. Je n’avais pas pris mon appareil jetable. Faute de photos, ce sera sans doute un petit conte qui décrira cette ambiance… mais patience.
Donc, nous sommes descendus au Sud du Sud, et tout ça pour aller manger du sable et des huîtres à Dakhla à 1200 km au sud d’Agadir, juste à côté du tropique du Cancer. La descente au Sud a néanmoins été marquée de moments magiques le long de cette côte du Sahara Occidental qui n’en finit pas, seulement ponctuée de villages de pêcheurs.
Nous voici maintenant au calme dans une magnifique oasis entre Tan Tan et Tiznit. On y prend quelques jours de repos, en savourant quelques couscous au chameau et autres spécialités locales.
Allez tous ensemble pour le refrain : « Quand t’es dans le désert, depuis trop longtemps, tu t’demandes à qui ça sert, toutes les règles … »

Voilà tout de même quelques photos. Ah oui ! Une des photos montre un mirage. Je vous laisse deviner laquelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Escapade en pays des pêcheurs troglodytes

9 01 2012

Après avoir fêté dignement le nouvel an en compagnie d’Evelyne et Daniel, deux anciens baroudeurs qui ont écumé en 4×4 pas mal de pistes du Maroc, nous avons filé à Tiznit, ville typique avec son petit air de porte du désert.

Nous nous sommes ensuite rendu dans le parc national de Souss-Massa où nous avons pu y admirer les vols d’Ibis chauves. Très répandu autrefois en Méditerranée, grâce aux pesticides, à la destruction de leur habitat et aux chasseurs, ici, il ne reste plus que les 500 derniers spécimens en libertés vivants sur notre planète.

Nous avons ensuite retrouvé Ira et Brice, nos amis baroudeurs que nous avions rencontrés en Jordanie à Aqaba l’année dernière et avec qui nous avons fait la traversée de la mer Rouge et un bout de route ensemble dans le Sinaï.

En compagnie d’Ira et Brice, nous avons cette fois-ci sillonné les pistes du parc national pour nous rendre aux falaises où vivent les pêcheurs troglodytes. En chemin, nous avons sauvé d’une mort quasi certaine une tortue qui s’était aventurée à traverser la piste des 4×4.

Nous nous sommes rendus dans une ancienne habitation troglodyte de pêcheur réhabilitée en résidence secondaire par Tito un ami d’enfance de Brice. Mais ici, le 4×4 est obligatoire. J’ai d’ailleurs laissé la casita en haut de la falaise tant la piste pour descendre y est escarpée. En descendant la falaise par les escaliers, Hassan un pêcheur nous invite à visiter sa maison troglodyte. Une odeur de tajine nous envahit les narines. Hassan nous invite à partager son tajine de poisson. Malgré l’odeur alléchante, nous sommes obligés de décliner l’offre, car Ira nous a déjà préparé des kefta.

La ballade le long des falaises à la rencontre des pêcheurs fut également un moment inoubliable. Les geysers, provoqués par les énormes vagues produisant un puissant souffle d’écume au travers de trous naturels dans les rochers sont quelque chose d’étonnant.

Après ces aventures, nous voici pour l’instant à Sidi Ifni, ville blanche et bleu et allons commencer notre entrée dans le grand Sud Marocain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

-p-





De Ceuta à Taghazout

28 12 2011

Nous voici donc au Maroc depuis près de deux semaines maintenant. Le Maroc est un pays que l’on redécouvre à chaque fois avec plaisir. Après avoir quitté Olhão, nous avons pris le ferry d’Algésiras pour Ceuta, enclave espagnole au Maroc, mais sans grand intérêt.
Après un petit passage à Tétouan, nous avons filé directement à Rabat où nous attendait Larbi, dit Larbichou, un ami de Chantal notre plus fidèle lectrice de ce blog (au fait, avez-vous remarqué que l’on vient de dépasser les 10 000 visites de ce blog, merci à vous tous). Larbi est un garçon des plus gentils qui soient. Il vit en plein centre de Rabat avec sa fille Mima. Son hospitalité, sa gentillesse et son humour nous ont énormément touchés. Larbi est également un fin cuisinier et nous a concocté quelques plats, bons comme là-bas dit ! Vana en a profité pour apprendre quelques recettes marocaines faciles à faire (peut-être bientôt un petit post sur la cuisine marocaine, qui sait ?). Au bout de trois jours de son hospitalité infaillible, nous avons quitté notre nouvel ami avec regret, mais nous nous sommes promis de nous revoir rapidement, d’autant plus qu’il nous a appâtés en nous promettant de nous faire un de ces tajines dont il a le secret.
À part cela, Rabat est une ville agréable avec sa médina aux rues peintes en bleues, ville assez paisible si on la compare à la tentaculaire Casablanca. A Casa, pas grand-chose à voir si ce n’est la mosquée Hassan II qui est un pur joyau et vaut largement le détour.
Nous avons continué notre route vers le Sud et sur les conseils de Larbi, nous nous sommes arrêtés à Oualidia réputé pour ses fruits de mer et surtout ses gigantesques araignées de mer. Oualidia avec son magnifique lagon mérite un détour !
Après un passage à Sidi Kouaki près d’Essaouira, nous voici depuis quelque temps à Taghazout, pas très loin d’Agadir, où nous passons les fêtes de fin d’année bien au chaud. Taghazout est un charmant village de pêcheurs annexé par les surfeurs du monde entier. Cela crée un genre et une ambiance unique.
Le Maroc, si on le compare aux autres pays islamiques que nous avons visités récemment, comme la Syrie ou l’Égypte, est vraiment un pays islamique modéré. Ici, peu de prosélytisme, même les mosquées se font discrètes. Les filles dans les grandes villes, sont pour une grande majorité habillées à l’Européenne et il est assez rare d’y voir une femme entièrement voilée. Dans l’ensemble, le peuple est assez content de leur monarque. Bien qu’il soit inconcevable qu’un sujet fasse le moindre commentaire sur son roi, nous ressentons une plus grande sincérité dans leur propos. Ce qui n’était pas le cas il y un peu plus d’une dizaine d’années du temps d’Hassan II, où personne n’osait se prononcer.
Cependant, ce qui désole le plus les jeunes ici, c’est que tout, absolument tout marche avec le piston. Il faut connaitre quelqu’un de haut placé si l’on veut trouver un bon job, obtenir des papiers, ne pas payer ses PV… Beaucoup de jeunes brillants, dépités de voir des abrutis occuper des postes importants, s’exilent pour être enfin reconnus à leur juste valeur.
Allez, maintenant tout ça en images…

Ce diaporama nécessite JavaScript.