À la rencontre du peuple malgache

1 12 2013

Voici un mois et demi que nous sommes à Madagascar et déjà il nous semble être là depuis de longs mois tant nous avons vécu de rencontres fortes, attachantes et parfois incroyables. Voici quelques images de ces rencontres. Derrière chaque image se cache une histoire, une aventure humaine parfois émouvante. J’essayerai de vous en raconter quelques-unes dans mes prochaines publications.

Pour l’instant, nous avons visité trois ONG. Chaque ONG a ses particularités de par ses objectifs, mode de fonctionnement… Mais toutes ont en commun le dévouement total de personne et principalement des fondateurs sans qui plus rien ne fonctionnerait vraiment.

Nous avons passé un peu plus de trois semaines au sein de Fitiavana, une ONG qui a pour vocation, grâce aux parrainages, d’aider les enfants à la scolarisation, de les nourrir, de s’occuper de leur santé et d’aider leur famille. C’est ainsi que 140 enfants ont pu accéder à l’éducation et peuvent aujourd’hui entrevoir un avenir meilleur. Fitiavana est brillamment dirigé par le dynamique et sympathique Albert à qui rien n’échappe.

Ensuite, nous sommes restés environ deux semaines au sein de Fanatenane, une ONG qui a pour vocation initiale de recueillir les jumeaux abandonnés par certaines tribus à cause de croyances ancestrales. Nous avons suivi des missions médicales émouvantes en brousse. Cette ONG est complètement orchestrée par Éliane et Gérard, les fondateurs qui veillent à tout.

Nous sommes à présent au sein de Domino Madagascar, une ONG belge. Dominique a créé une école pour les enfants défavorisés de Tana où les élèves passent une bonne partie de leur temps à des activités artistiques : danse, art plastique, musique, cirque, création de court métrage… Le but est de faire des spectacles, des expositions… et que tout cela serve à financer l’association et obtenir ainsi une certaine autonomie. Un très beau projet brillamment dirigé par la sympathique Dominique.

Polo

Publicités




Martini, la jeune Malgache qui rêve de devenir pilote de ligne

23 10 2013

Martini est une jeune fille malgache pleine d’entrain et de projets. Elle vient d’entrer en terminal scientifique. Une fois le bac en poche, son grand rêve est de devenir pilote de ligne.

IMG_8660_BQ_web800

Elle vit dans une case en canisses au bord de la plage à Tamatave, sur la côte Est malgache. La vie, ici, s’écoule tranquillement au rythme des saisons tropicales. Le mora-mora, comprendre « doucement-doucement », est, dans cette partie de l’ile, une véritable institution.

IMG_8636_BQ_web800

Elle habite avec ses trois sœurs et dorment à deux par lit. Leur case mesure environ trois mètres par deux mètres cinquante, ce qui, ici à Mada, est assez grand pour quatre personnes.

IMG_8645_BQ_web1024

Sa mère travaille dans la brousse comme institutrice pour un salaire d’un euro par jour et ne rentre que pendant les congés scolaires. L’écolage, c’est-à-dire les droits d’inscriptions à l’école publique malgache, coute trente euros pour une année de lycée. Un mois de salaire pour sa mère, c’est-à-dire une véritable fortune.

Heureusement, Martini est parrainée grâce à l’ONG Fitiavana, dont l’antenne malgache est basée à Tamatave. Cela lui permet de suivre les cours au lycée et également de manger avec sa sœur à la cantine qu’assure le midi l’ONG dans son local, ceci pour les 80 enfants parrainés.

IMG_8845_BQ_web800

IMG_9009_BQ_web1024

Martini nous présente son lycée, datant du temps des Français et qui n’a jamais été entretenu depuis.

IMG_8664_BQ_web800

Le bâtiment où se trouve sa salle de cours est dans un état assez délabré. Il pleut même dans la classe lors de fortes pluies comme cela est très courant ici sous les tropiques.

IMG_8666_BQ_web800

De sa classe, elle peut voir la mer. Parfois, nous confie-t-elle, quand le cours est un peu long et ennuyeux, elle rêve en regardant la mer, de voler dans un de ces avions qui passent.

IMG_8654_BQ_web800

Sa santé un peu fragile empêchera peut-être son rêve de se réaliser. Elle sait que ce sera très dur. Il n’y a pas beaucoup de place dans les facs et les universités, qui de toute façon sont très chères. Si elle ne peut pas faire pilote, elle fera un métier scientifique nous affirme-t-elle.

IMG_8648_BQ_web800

Voilà résumé en quelques lignes, l’histoire de Martini, la jeune Malgache qui rêve de devenir pilote de ligne. Si, vous avez des questions à lui poser, n’hésitez pas à me les soumettre pendant que nous sommes à Tamatave.

Bientôt, je vous conterai l’histoire de mémé Jonah, qui avec sa mère de 96 ans, a démarré une activité de vente de riz et légumes secs pour élever ses petits enfants.

Polo





Portraits indiens

2 11 2012

Voici une série de portraits indiens. Les Indiens adorent se faire prendre en photo ; ils adorent également vous pendre en photo.

Le plus étonnant, alors que j’admirais la façade d’un ancien palais, est ce couple énigmatique qui est sorti de l’ombre. La femme était d’une beauté irréelle et le jeune homme me regardait en souriant, l’air un peu amusé de ma surprise. J’ai juste eu le temps de les prendre en photo avant qu’ils ne disparaissent dans l’ombre. Un instant magique sorti des mille et une nuits.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Portraits de rencontres 2

14 05 2011

Voici quelques portraits en hommage à toutes nos rencontres de voyage, à tous ces beaux moments d’amour qui viennent ponctuer le temps…

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Portraits de rencontres

17 01 2011

Je sais bien que vous attendez avec impatience de nouvelles aventures bien croustillantes avec de bien belles images comme on aimerait en voir plus souvent. Mais les choses étant ce qu’elles sont (molletonné), il vous faudra patienter jusqu’à notre retour à Anamur, qui ne saurait tarder si le temps le permet, car nous sommes pour l’instant bloqué à Chypre avec une petite tempête qui nous empêche de traverser en ferry.

En attendant,  voici une petite galerie de portraits en hommage à tous « mes frères d’un instant, à tous ces beaux moments d’amour qui viennent ponctuer le temps **».

-p-

**J’ai emprunté cette phrase qui résume très bien mon sentiment, au poète, auteur, compositeur, chanteur et néanmoins ami, Jean-Marie Roch.

Ce diaporama nécessite JavaScript.