10. Le jardin du paradis

Syrie, Palmyre – N34 32.534 E38 16.151
19 février 2011, 15:24:23

« Bonjour les enfants, dit poliment le jardin en ouvrant sa large porte verte. Entrez, entrez les enfants dans le jardin du paradis, de la paix et de l’amitié de Kahtan le bédouin. Cette porte magique est source de vie. Entrez donc, les enfants.

– Bonjour jardin du paradis, firent les enfants impressionnés en passant la grande porte verte sur laquelle l’on apercevait deux colombes blanches dessinées.

– Vous êtes ici chez vous, dit le jardin du paradis. Voulez-vous du thé à la cannelle, manger des dattes, goûter aux olives du jardin, ou bien voulez-vous vous reposer, visiter le jardin, cueillir des fruits, discuter avec mon maître Kahtan, regarder son livre d’or, monter sur la grande tour ou encore…?

– Ah, oui ! Je veux bien monter dans la grande tour, s’exclama Léo en l’apercevant au beau milieu du jardin.

– Ah, oui ! reprirent les autres enfants en chœur.

– Vous avez bien raison, leur dit le jardin ravi. Vivons d’abord et voyons après. Allez-y les enfants, mais faites bien attention, le sommet est très haut et les échelles très raides ! Pendant ce temps, mon maître préparera un bon thé parfumé dont il a le secret. »

La grande tour ressemblait à un échafaudage géant, se dit Léo, à ceux que l’on trouve parfois dans les jardins d’enfants, mais en beaucoup, beaucoup plus haut. Des câbles tendus aux quatre coins maintenaient la tour bien droite et immobile. Les enfants grimpèrent, grimpèrent tout en haut de la haute tour. Malgré leur agilité, ils eurent un peu de peine à arriver tout en haut de la tour, tant elle était haute et les échelles raides.

Arrivés au sommet, les enfants essayèrent de retrouver leur souffle, mais la vue sur la grande palmeraie était à couper le souffle. Tout autour d’eux s’étendait une immense forêt de palmiers. Par-delà l’oasis, l’on apercevait les magnifiques ruines de Palmyre et tout autour le désert aux couleurs orangées, rien que le désert s’étendant à perte de vue.

« C’est un météorologue, dit la grande tour, qui m’a dressée dans ce jardin pour y installer une station météo. La station ne fonctionne plus depuis quelque temps déjà, mais je fascine toujours autant le visiteur qui passe ici. »

Les enfants restèrent de longues minutes à admirer ce spectacle inhabituel. Ils avaient l’impression d’être des oiseaux planant au-dessus d’un paradis de verdure. Ils seraient bien demeurés là-haut à contempler et à épier les dizaines de jardins alentour que l’on apercevait à travers un rideau de palmes, mais en bas les attendaient bien d’autres surprises encore.

En descendant, ils furent agréablement accueillis par un homme habillé en Bédouin et coiffé d’un keffieh à petits carreaux rouges et blancs que les enfants prirent d’abord pour une grande serviette de table.

« Bonjour les enfants, je suis Kahtan le bédouin, dit l’homme avec le calme et la douceur de son jardin.

– Bonjour Kahtan le Bédouin, firent les enfants charmés par la sérénité qui se dégageait de l’homme au keffieh.

les enfants charmés par la sérénité qui se dégageait de l’homme au keffieh.

– Bienvenue dans le jardin du paradis, les accueillit Kahtan en écartant les bras. Ce lieu représente ce que la Terre devrait être pour tous ses habitants : paix et amitié ; un paradis où il fait bon vivre. Mais que voulez-vous ? La folie des hommes en décide parfois autrement. Dites-moi, est-ce que ce jardin vous plaît, les enfants ?

– Oh, oui ! C’est merveilleux, dit Océane. On s’y sent vraiment bien.

– On y est comme chez soi, ajouta Marius en se disant que Kahtan ressemblait à un acteur français qu’il avait vu dans ces anciens films du siècle passé que la télé rabâchait sans cesse.

– Regarder cet arbre, dit Kahtan en montrant un palmier dont la tête se perdait au-dessus des autres palmiers. Quand j’avais votre âge, j’étais bien plus grand que lui. Il m’a bien dépassé aujourd’hui, n’est-ce pas ? ajouta-t-il la tête en arrière en riant.

– Tout ici est luxuriant, remarqua Pome à haute voix.

– C’est très simple, expliqua Kahtan, il est curieux de voir comment une plante, au contact de certaines plantes, grandit et s’épanouit, alors qu’au contact d’une autre elle aura tendance à végéter et à se rabougrir, sans que l’on puisse constater aucune action de la plante sur sa voisine. Celle-ci se contente d’être là, c’est tout. Il suffit de mettre chaque plante à côté de la plante qui lui convient le mieux et c’est le paradis pour tous.

– Il en va de même pour les hommes, ajouta le jardin du paradis.

– Arrêtons de bavasser et venez visiter le jardin, leur dit Kahtan. Dans ce jardin, il y a plus dix-huit variétés d’olives. Ici, tous les fruits et les légumes poussent naturellement. Jamais l’on n’y met le moindre engrais ou toute autre cochonnerie chimique. Cela demande un peu plus de travail, mais quel bonheur de voir la nature s’exprimer librement ! Là, vous voyez, il y a de succulentes framboises ; si vous voulez en cueillir, allez-y, mais préparez vos mouchoirs, car vous risquez de vous tacher. »

Les enfants cueillirent de grosses poignées de framboises et les engloutirent aussitôt tant elles étaient superbes, sucrées et succulentes.

« Je vois que vous adorez mes framboises, dit Kahtan satisfait avec un large sourire. Voulez-vous goûter au thé bédouin ? C’est très parfumé, très doux et entièrement naturel. Il n’y a que des plantes cueillies en mon jardin. Vous allez adorer ça, vous allez voir, ajouta-t-il en tendant un plateau où il avait disposé des verres en pétales autour d’une assiette remplie de dattes dorées.

– Avec plaisir. Merci, dit Pome en cueillant un verre.

une assiette remplie de dattes dorées

– Que faites-vous en Syrie dans notre beau pays, les enfants ? s’inquiéta Kahtan.

– Nous cherchons notre mamie et notre papi qui étaient ici il n’y a pas très longtemps, répondit Océane. Ce sont des Français.

– Des Français…, des Français… ? Il paraît que j’avais un sosie en France, dit Kahtan songeur, un acteur de cinéma je crois. Des Français… ? Ah ! Oui, oui, bien sûr, des Français. Je me souviens très bien d’eux, nous avons passé l’après-midi à rire et boire du thé. Nous avons beaucoup ri ensemble, ils m’ont même écrit un mot touchant dans mon livre d’or.

– Est-ce que vous pouvez nous dire où ils sont maintenant ? demanda Marius.

– Pas de problème ! les enfants, leur dit Kahtan. Il vous faudra aller plein sud. Continuez toujours dans cette direction et vous les trouverez. Mais une fois parti, n’oubliez pas que vous êtes ici chez vous. Même si un jour des hommes mettent mon beau pays à feu et à sang, ici, il restera toujours un petit coin de paradis. Revenez quand vous voulez. Vous trouverez toujours la clé sur la porte. »

Vous trouverez toujours la clé sur la porte.

« C’est curieux, pensa Pome intriguée, tout au long de ses paroles, Kahtan a discrètement cité cinq titres de films. Y a-t-il un quelconque rapport avec le sosie de Kahtan ? Mystère. »

– Merci beaucoup, cher Kahtan et cher jardin du paradis, de la paix et de l’amitié de nous avoir aidés. Continuons notre route maintenant, conclut Pome. »

Et ils se remirent en route…

Texte de papipolo et illustrations de mamivana
© Sillage de voyage, les contes – 2012


           « Conte précédent                                           Conte Suivant »


4 responses

19 06 2012
les habitants de Theth, du pays aux sources magique en Albanie

votre conte est très beau et je crois Martine a déjà commencé à nous le traduire en Albanais, merci. Nous vous attendons avec impatience dans notre coin de paradis chez nous en Albanie, dans le pays des sources magiques. Espérons que nous saurons le préserver. Malheureusement pour nous la vie est de plus en plus difficile car nous sommes oubliés de presque tous et bien des habitants à juste titre se révoltent maintenant. On ne va pas loin avec la révolte et la rancœur, construire le jardin du paradis c’est aussi une histoire d’intention, une affaire de cœur, interne à soi qui peut se tisser quelles que soient le contexte et les apparences. Quand vous viendrez vous tous avec vos enfants, nous sèmerons tous ensemble le plus beau des jardins du paradis, nous y jouerons ensemble et nous nous y reposerons là. Ne sommes-nous pas les habitants du pays aux sources magiques ? Elles continuent à creuser leurs sillages, il suffit de savoir les reconnaître pour tous ensemble passer des moments de fête. A très bientôt, nous vous attendons et vous embrassons tous avec affection.

Les habitants du pays aux sources magiques

20 06 2012
polo

Merci à tous. Merci pour ces belles paroles. Theth fait également parti de ces lieux bénis des Dieux qu’il faut préserver. Nous avons hâte de relier ces amitiés que nous avons tissées lors de nos voyages. Toutes nos pensées vont vers vous.

21 06 2012
Jess

Alors cinq films … Attends un peu, il y a : « Le paradis pour tous » , « Préparez vos mouchoirs » , « La clé sur la porte » , « Plein sud » et … Je ne trouve pas le cinquième … Mais j’ai trouvé le comédien !! J’en dis pas plus, il faut que les autres cherchent aussi !!!
Biz !!

21 06 2012
polo

Bravo Jess, tu es vraiment la plus forte…! Je crois que tu n’auras pas de problème à trouver le 5e film.
Encore félicitation.
Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :