7. Le petit chien farceur de Cirali

Turquie, Cirali – N36 25.250 E30 28.997
18 Décembre 2010, 07:08:26

 

 

La plage avait pris les couleurs irréelles d’une savane africaine au petit matin. Les cinq enfants étaient là sans bouger, osant à peine respirer, admirant les couleurs avec lesquelles jouait le soleil sortant tranquillement de son sommeil. L’on s’attendait à voir surgir quelques antilopes, à apercevoir des girafes ou même à entendre au loin le rugissement d’un lion.

Les cinq enfants étaient là sans bouger, osant à peine respirer...

« Warf, warf, fit le petit chien sur la plage en apercevant les enfants, bonjour les enfants. Warf, warf, je rigole, je me marre. »

Ils sursautèrent un peu tant ils étaient plongés dans leur contemplation.

« Bonjour petit chien, tu es bien mignon, commença poliment Océane en le caressant.

– Warf, warf, refit le petit chien en léchant Océane. Je me marre.

– Mais qu’est-ce qui te rend si joyeux, petit chien ? lui demanda Océane.

– Warf, warf, pendant la nuit, j’ai caché une chaussure de ton papi qu’il avait laissée dehors. Une belle Nike Pegasus toute neuve. Au matin, en sortant il n’a trouvé qu’une seule chaussure devant son fourgon. Je me marre, j’en rigole encore.

– Ah… ! firent les enfants en chœur.

– Mais comment sais-tu petit chien que c’était notre papi ? s’étonna Léo.

– Warf, warf, facile ! dit le petit chien. D’abord, il ne vient pas grand monde par ici en cette saison, surtout des enfants. Et puis vous ressemblez un peu à votre mamie et à votre papi. Donc, vous êtes là pour les retrouver. Voilà ce que je me suis dit dans ma tête de petit chien.

– Tu es très perspicace petit chien, admira Pome, et que s’est-il passé ensuite ?

Je suis un petit plaisantin et j’adore faire des plaisanteries.– Warf, warf. D’abord, ton papi ne comprenait pas pourquoi il n’y avait qu’une chaussure. Il a regardé sous le fourgon, puis dedans, mais n’a rien trouvé. Je me marre. Et alors, il s’est dit que ce n’était pas bien malin de lui avoir volé une seule chaussure. Ce ne pouvait être qu’un unijambiste ou quelqu’un à qui il manquait une des deux chaussures. Il était là à se gratter la tête, l’autre chaussure à la main. Je rigole.

– Ce n’est pas très gentil petit chien d’avoir fait ça, le gronda Pome.

– Warf, warf. Je me marre. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi on lui avait volé une seule chaussure. Je suis un petit plaisantin et j’adore faire des plaisanteries. Cela me faisait beaucoup rire.

– Cela te faisait rire qu’il ne comprenne pas ? demanda Océane en lui faisant les gros yeux.

– Warf, warf. Non pas du tout, il n’y a pas de honte à ne pas savoir, expliqua le petit chien. Ceux qui n’osent pas dire qu’ils ne savent pas ou qui croient tout savoir passent souvent pour des imbéciles, alors que ceux qui avouent leur ignorance et posent des questions passent pour des personnes intelligentes qui ont envie d’apprendre.

Il a fait quoi ensuite ? demanda Joao.

– Warf, warf. Il a vite éliminé le scénario de l’unijambiste, puis celui du voleur. Il s’est dit que c’était un petit plaisantin qui lui a fait une bonne blague. Sûrement un chien qui aime les plaisanteries, se disait-il. Je rigole, je me marre.

– Ah ! Tu vois que tu as été démasqué, lui dit Marius. Et qu’a-t-il fait après ?

– Warf, warf. Alors, il est parti et a parcouru toute la plage dans tous les sens à la recherche de la chaussure. Il est passé, repassé… Je me marre. Après avoir parcouru encore une fois la plage et regardé de partout, il est revenu un peu dépité. Alors, j’ai mis la chaussure derrière un buisson, pas très loin du fourgon. Et là, il m’a vu partir et a vu la chaussure que je venais de cacher. Je rigole. »

Une petite mouette espiègle se posa à côté des enfants pour mieux écouter leur conversation.

« Warf, warf, grâce à moi, continua le petit chien, il a pu visiter et admirer toute la plage qui est magnifique. J’en suis très content. Il y a toujours quelque chose de positive à un événement quel qu’il soit. Il suffit de découvrir ce que c’est.

– Bonjour les enfants, dit la petite mouette.

– Bonjour Babette la Mouette, firent les enfants en la reconnaissant. »

Le petit chien se mit à bondir et courir dans tous les sens

Le petit chien aperçut alors la mouette et se mit aussitôt à bondir et courir dans tous les sens, essayant de l’attraper.

« Reviens petit chien, crièrent-ils tous en chœur. »

Mais déjà, il était trop tard ; le petit chien s’éloignait en sautillant sans les écouter.

Marius calmement sorti une magnifique balle jaune de sa poche et d’un geste adroit la lança juste devant le petit chien qui, instantanément oublia l’existence de la mouette pour saisir la baballe et la rapporter.

Merci petit chien, tu es bien gentil

« Merci petit chien, tu es bien gentil. Sais-tu où sont allés nos papi et mamie ? demanda Pome en lui montrant la baballe qu’elle venait de ramasser.

– Warf, warf, fit le petit chien en sautant pour essayer d’attraper la balle, il vous faudra suivre la mer vers le soleil du matin. Continuez dans cette direction mes enfants, jusqu’aux grandes forêts de bananiers.

– Merci beaucoup, cher petit chien farceur, de nous avoir aidés. Continuons notre route maintenant, conclut Pome. »

Et ils se remirent en route…

Texte de papipolo et illustrations de mamivana
© Sillage de voyage, les contes – 2012


« Conte précédent                                           Conte Suivant »


6 responses

27 02 2012
Jeremy Correia

Ah ben non!!!Pas le dernier!!!!!
Dès qu’elle se lève demain matin je lui fais lire.

Bisous.

28 02 2012
Jeremy Correia

Coucou papi et mamie.
l’histoire est très bien.
bisous on vous aime
Océane et Joao

28 02 2012
Any

Tres joli encore ce petit compte et plein d’ humanité et de réflexion positive !J ‘ adore
Je suis sure qu ‘ Océane a été très touchée par ce joli cadeau .
Le printemps montre son bout de nez ! En est il de même dans le désert ?
Je pense bien à vous deux . Bises

28 02 2012
Jess

C’est impossible que ce soit le dernier conte : les enfants n’ont pas encore retrouvé leur papi et leur mamie … IMPOSSIBLE !!!
Maman, je trouve les dessins encore plus beaux. Les couleurs sont magnifiques !!
Et vous êtes surs que ce n’était pas Guizmo sur la plage, il lui ressemble, non ?

Gros bisous à vous deux et gros bisous à la miss Océane !!

2 03 2012
Léo

Warf warf, Je me marre ! Merci pour ce conte que j’ai bien aimé. Et puis, j’ai bien ris. Mais je ne veux pas que ça soit le dernier. Bisous, Léo.

5 03 2012
polo

Coucou mon petit Léo,
cela me fait énormément plaisir que ce petit conte t’ait bien plu et que tu as bien ri. Et bien, c’est promis. Tant que tu les liras, il y aura de nouveaux contes pour toi. Alors à bientôt pour un nouveau petit conte.
Gros bisous.
papipolo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :