5. Les sources magiques de Theth

Albanie, Theth – N42 23.274 E19 46.900
 24 octobre 2010, 10:36:37

 
 
« Bonjour les enfants, fit poliment l’homme au volant de son minibus Mercedes 307D blanc en s’arrêtant à leur hauteur. Mais ! Que faites-vous là ?

Le mini bus de Theth

– Bonjour. Nous cherchons notre mamie et notre papi qui devaient être là il n’y a pas très longtemps, dit Océane, ils venaient de France dans un fourgon gris.

– Ah, oui ! Nous sommes allés à Theth ensemble. Montez les enfants. Je vais vous y conduire. »

Les cinq enfants grimpèrent dans le petit bus qui gentiment s’abaissa un petit peu pour les y aider. Un vieil homme et une femme assis à côté du chauffeur les accueillirent d’un grand sourire.

« Je m’appelle Pashko et je suis le chauffeur de Theth, leur dit l’homme au volant.

– Et moi, je m’appelle Martine, fit d’une voix douce et calme la femme assise à côté du chauffeur. Je suis ethnopsychologue. Les habitants de Theth aimeraient bien que Pashko devienne leur maire et veulent qu’il se présente aux prochaines élections.

– C’est une grande ville Theth ? demanda Marius.

– Oh ! Oui, répondit fièrement Pashko, il y a plus de 500 habitants l’été et une bonne centaine l’hiver. »

Tout en parlant, il emprunta une piste caillouteuse qui grimpait dans la montagne. De temps en temps, l’étroite piste jouait dangereusement avec des ravins vertigineux.

« Vous voyez ces fleurs sur le bord de la piste ? dit-il aux enfants. C’est là qu’une  femme est tombée au volant de sa voiture. Elle était partie de chez elle en pleine nuit. »

Les enfants regardaient un peu inquiets le ravin qui défilait à quelques centimètres des roues du véhicule.

« Et là, continua Pashko en se retournant pour voir leur réaction, c’est une famille entière de cinq personnes qui est tombée tout au fond du ravin ! Il n’y a eu aucun survivant. »

La gorge un peu nouée, les enfants s’éloignèrent des fenêtres du véhicule pour échapper aux abîmes qui tentaient de les happer. Un lourd silence envahit la cabine.

« N’ayez pas peur les enfants, dit le vieil homme assis à côté du chauffeur en se retournant et en souriant, Pashko est un des meilleurs chauffeurs du monde… Et peut-être même d’Albanie !

– Avant, du temps de la dictature, il était interdit de posséder un véhicule à moteur, continua Martine. Pashko était chauffeur pour les officiels du régime. Il n’existait alors aucune route goudronnée en Albanie et seule une poignée de pilotes chevronnés, les meilleures d’entre eux, pouvaient conduire de hautes personnalités sur des pistes terribles.

– La piste que vous voyez là, reprit le vieil homme, était considérée comme une bonne route. Je me souviens de l’époque où il fallait parfois une journée entière pour faire seulement quelques kilomètres.

– Le chemin que l’on parcourt est généralement plus important que la destination, commenta Pashko. Aujourd’hui, les gens ne sont intéressés que par la destination. C’est une grave erreur. La route pour y parvenir est infiniment plus enrichissante et c’est souvent là que l’on fait les plus belles rencontres. »

Le petit bus blanc continua ainsi à bondir de caillou en caillou pendant une bonne heure. Il s’arrêta enfin au milieu d’une vallée aux mille couleurs qui ressemblait à un paradis enchanté. Les enfants sautèrent du bus, émerveillés. Pome et Océane aussitôt, s’allongèrent et se roulèrent dans l’herbe tendre, tandis que les garçons se mirent à courir pour se dégourdir les jambes.

« Oh ! Regardez, fit Joao fasciné en découvrant un robinet sortant d’un arbre.

– L’eau jaillit directement des arbres, leur dit Martine amusée en ouvrant le robinet qui se mit aussitôt à chanter une douce mélodie tandis que l’eau giclait. Tout est magique ici. Venez voir dans le restaurant il y a même une source qui coule en plein milieu de la salle. »

Les cinq enfants se précipitèrent alors dans un petit bâtiment en pierres qui faisait office de bar, de restaurant et de salle de rencontre pour les habitants après leur journée d’effort. Les enfants poussèrent des exclamations d’étonnement en découvrant qu’en effet, jaillissant d’un mur et produisant un doux murmure, une source coulait en se déversant dans un petit bassin dans lequel on avait mis quelques canettes de Coca et de Tirana à rafraîchir.

« Tenez, goûtez-moi cette eau, leur dit Pashko, en leur tendant des verres. »

Ils emplirent chacun un verre. L’eau de la source était fraîche, limpide et délicieuse. Jamais ils n’avaient pris autant plaisir à boire de l’eau pure.

« Allez-y buvez de mon eau, régalez-vous, leur murmura la source. Vos copains et copines seront bien étonnés lorsque vous leur raconterez tout ce que vous avez vu ici. Ceux qui mentent pour épater les autres ne sont généralement que des aveugles. Il n’est pas besoin d’inventer, il suffit de savoir regarder et tout est là devant vos yeux. Les choses les plus extraordinaires sont souvent invisibles. Il vous faut seulement les découvrir. »

« Cette vallée est un petit paradis tel que vous le voyez là, leur dit Pashko. Tout ici y est recyclé et économisé. Les habitants vivent au plus près de la nature et font tout pour protéger cette vallée qui est leur maison. Le moindre geste pour la nature compte. Il n’y a pas de petite écologie.

– Durant l’hiver, qui dure ici plus de six mois, continua Martine, les conditions sont très rudes. Les habitants qui restent pendant cette période ont un énorme courage. Ils ont parfois besoin de soutien psychologique que j’essaie de leur apporter. C’est beaucoup plus facile maintenant qu’ils ont le téléphone mobile. »

Les quelques habitants qui étaient venus accueillir les enfants avaient l’air si fragile bien qu’une grande force se dégageait d’eux, une force qui ressemblait à du bonheur. Les enfants se sentirent envahis d’une émotion nouvelle au contact de ces personnes si démunies et si heureuses à la fois.

« Ils ont beaucoup de talent, pensa Léo. »

Les derniers rayons de soleil sur la vallée faisaient jaillir mille couleurs de feu des arbres qui déjà avaient pris leur parure d’automne.

« Il se fait tard, s’exclama Pashko en regardant le soleil glisser derrière les montagnes, il faut nous hâter de rentrer. Cette nuit, on annonce de fortes chutes de neige dans la montagne et tout le village sera probablement complètement isolé pendant au moins six mois. Tous les habitants qui resteront ici l’hiver vivront ainsi seuls avec la nature pendant de longs mois. »

Ils retournèrent un peu à contrecœur dans le petit bus qui reprit en sautillant la piste aux mille ravins qui passe au-dessus de la montagne. De retour sur la grand-route, Pome demanda :

« Savez-vous où sont allé nos grands-parents ?

– Ils ont continué leur chemin vers un pays qui forme des doigts, leur dit Martine, par delà les grandes forêts de bunkers, un aigle noir à deux têtes vous guidera. Suivez-le.

– Merci Martine et Pashko aux fontaines magiques de nous avoir aidés. Continuons notre route maintenant, conclut Pome. »

Et ils se remirent en route…

Texte de papipolo et illustrations de mamivana
© Sillage de voyage, les contes – 2012


« Conte précédent                                           Conte Suivant »


Publicités

17 responses

30 01 2012
Any

Tres joli conte avant d’aller dormir
Cela m’a rappelé une partie de vos récits de voyage en Albanie ! il y a du vécu derrière tout cela . les dessins sont très doux et o n reconnait bien les jeunes héros ! Gros bisous aux narrateur et dessinateur !
Bisous et bonne nuit
Any

31 01 2012
chantal

vous êtes d’habiles narrateur et dessinatrice , que dire que vos contes illustrés devraient être imprimés et vendus … je ne connais les petits qu’en photos mais c’est d’un réalisme fou , à méditer ce que j’ai écrit plus haut !
en attendant la suite de vos aventures , papipolo et mamivana , je vous embrasse très fort car vos récits nous font toujours passer un très bon moment ! à bientôt de vous lire .

1 02 2012
polo

Merci, ma chère Chantal, pour ces compliments qui nous touchent vraiment beaucoup. Tu as peut-être raison, il faudrait sans doute les éditer pour toucher plus de personnes. Peut-être mériteraient-ils un support plus noble qu’un simple blog. Peut-être un jour, oui. Mais l’important c’est que vous y preniez du plaisir à les lire, autant que nous à les écrire et à les illustrer. De toute façon, si cela vous plait, il y en aura d’autre…
Gros bisous.

1 02 2012
chantal

en attendant vos contes si jolis dans tous les sens du terme , je vous annonce que nous nous gelons !!! il y a même eu de la neige et du verglas sur votre chère côte d’azur ! ici il fait moins je ne sais combien mais ça gèle dur ! alors profitez de la clémence de la température sud marocaine pour peaufiner vos reportages ou vos récits , votre blog n’est pas qu’un simple support , c’est l’expérience qui vous conduira beaucoup plus loin !
je vous embrasse bien fort et à bientôt les vagabonds et profitez pour mieux nous raconter !

3 02 2012
chantal

les amis , profitez du climat du sud marocain car ici il fait – 5° , vraiment juste le temps de faire deux courses et on rentre tellement ça pénètre !!! tout est recouvert de neige , c’est beau mais …
bisous congelés du sud ouest .

4 02 2012
polo

Coucou Chantal,
merci pour ces infos météo en direct. Nous pensons bien à vous. Faites attention à vous et nous essayerons de vous envoyer un peu chaleur d’ici. Gros bisous chaleureux et ventés du Grand Sud.

3 02 2012
Pashko Pisha

Je suis pashko et j ai pris grand plaisir a lire votre bel article sur Theth et notre rencontre, Je vous remercie beaucoup pour votre article,a mon egard, j ai vraiment pris un grand plaisir et je souhaite vous revoir. Avec respect et salutations les plus cordiales, Pashko d Albanie

4 02 2012
polo

Mon cher Pashko,
Nous avons été assez surpris et très touchés de recevoir ton commentaire sur notre blog. Nous avons appris que tu étais devenu maire de Theth. Félicitations. Cela nous honore d’autant plus que Theth est sûrement un des plus jolis villages de tous les Balkans et celui où l’on respecte le plus la nature. Nous te souhaitons beaucoup de réussites dans tes nouvelles fonctions et j’espère à bientôt.

4 02 2012
Jess

C’est beau !!!!! Je reconnais là un paysage photographié à l’époque par papa et reproduit avec talent par maman.
Biz les aventuriers !!!

4 02 2012
polo

Coucou Jess,
merci pour les compliments. J’espère que les p’tits apprécient également… La suite ne devrait plus tarder…
Gros bisous.

4 02 2012
Any

hello les sudistes ! je déboule sur votre blog pour lire la suite de votre conte et patatras ….. vous n’êtes pas revenus ! sans doute entrain de cogiter les futures découvertes de nos gentils héros à la recherche de nos blog- rêveurs ! Bon je vais devoir patienter un peu .
c’est comme le bon vin il faut attendre un peu de temps avant d’en découvrir toutes les fragrances . Bisous

4 02 2012
polo

Coucou Any,
juste un peu de patience et la suite ne devrait pas tarder à … suivre. J’attends les illustrations de Vana pour publier la suite. Ici, c’est assez dur car le soleil cogne dur et pas facile de se mettre au boulot. Après le vent s’y est mis et là pas facile de dessiner en plein vent.
Nous avons quand même une pensée pour vous tous par ces temps polaires et essayerons de vous réchauffer (le cœur) avec notre prochain conte. Gros bisous.

5 02 2012
Any

unj peu provocateur ……mais vous le méritez ce soleil
Je patiente et je vous embrasse bien fort (dehors 6-°c) à16h46 BBBRRRRRRRRRRRR on se gele

28 03 2012
Les habitants de Theth, le village des sources magiques

Les salutations des habitants de Theth. Votre conte nous a touché le coeur. Un grand merci à vous. Cette année malheureusement le téléphone portable n’a pas fonctionné et Martine n’a pas pu nous aider comme elle aurait tant aimé. Nous étions isolés plus de trois mois sous cinq mètres de neige, sans électricité, donc plus de possibilité de recharger nos téléphones portables, sans plus aucune communication possible. Nous étions tellement mal et tellement tristes et nous nous souvenions avec beaucoup de nostalgie de votre passage à l’automne alors que nous nous préparions à affronter nos rudes hiver. Pashko et Martine avaient bien essayé de venir nous rejoindre en raquettes, mais même là cette fois là ce ne fut pas possible car cette année il y avait vraiment trop de neige, et elle était bien trop poudreuse.

Maintenant que le printemps arrive et la neige a commencé à fondre Pashko et Martine sont venus raconter à nos enfants votre conte pour les réconforter. Votre conte leur a tellement mis de baume dans leur coeur, vous ne pouvez même pas le mesurer. Vraiment nous vous en sommes tellement reconnaissants, nous en tant que parents ne savions plus comment les consoler en ce terrible hiver. Nos enfants ont supplié Martine et Pashko de le traduire en albanais pour pouvoir le transmettre à d’autres enfants. Et nos enfants qui tellement souvent ne peuvent pas aller à l’école sont maintenant motivés pour rattraper très vite leur retard, apprendre à lire et à écrire pour eux aussi écrire à votre suite de belles histoires des contes d’enfant.

Merci pour cette motivation que votre passage parmi nous a su leur témoigner. Chers amis, sentez vous les bienvenus parmi nous de tout coeur nous vous attendons

28 03 2012
L'ethnopsychologue de Theth

Décidément, je suis obligée de vous dire, vous avez réellement compris quelque chose de l’âme albanaise, 1 à 0. Bravo pour votre conte. Et surtout faîtes en bien d’autres. Continuez à bien voyager pour nous, nous en avons réellement besoin et à raconter encore beaucoup de belles histoires. Chers amis, je n’ai pas pu vous écrire auparavant, car je me sentais cet hiver tellement, tellement impuissante. Votre conte quel beau rêve, mais moi je ne savais plus comment réconforter les habitants en ce terrible hiver qui nous a tous envahi. Je me sentais même moi tellement impuissante et malheureuse. Votre conte quel beau rêve, quelle belle chanson. Non on peut pas vivre d’illusion, la réalité est bien trop amère. Sacré Polo, j’ai bien souvent pensé à toi, toi le grand ingénieur, avec ce problème de téléphone portable, tu aurais vraiment pu m’aider. Je t’en voulais même un peu que je ne pouvais pas te solliciter. 1 à 0 une fois encore. Décidément vous êtes les plus forts. J’avais complètement oublié que je travaille dans le pays des sources magiques et que l’aigle noir aux deux têtes plane même par delà les continents. J’avais oublié de les écouter, et auprès d’eux de m’y reposer. Toi, le grand ingénieur-poète, tu avais tout compris et ensemble avec l’artiste qui t’accompagne vous vous étiez déjà occupé de tout. Chers amis chers Polo et Vana j’ai le plaisir de vous informer de quelques sillages d’amour que vous avez creusé. A Illkirch ma ville, tous les enfants dessinent pour offrir à nos enfants du village aux sources, couleurs pinceaux, toiles et j’en passe et la chance d’eux aussi pouvoir dessiner. Nos enfants de Theth vous envoient toute leur amitié. Ils se sont beaucoup intéressés à votre parcours et ont posé plein de questions. Ils m’ont dit mais certainement avez-vous écrit plein d’autres histoires, qui chantent partout là où vous êtes passés. Et ils m’ont supplié eux les enfants des vallées reculées, isolées et inaccessibles de nos montagnes albanaises de vous demander l’autorisation que l’ensemble de vos contes soient traduits en albanais, leur motivation est que non seulement avec vous ils auraient l’occasion eux aussi de voyager mais cela les aiderait à l’école, mais aussi ces contes serviraient dans leur école de les aider à se perfectionner dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Eux les habitants du village aux sources magiques Ils rêvent eux aussi d’écrire un jour à votre suite de beaux contes à raconter à tous les enfants. Nous avons sur Illkirch une semaine sur la culture albanaise, une semaine de solidarité avec nos habitants du pays aux sources magiques. Une semaine de fête auquel nous aimerions vous convier. Les sources se rejoignent, les rivières se rencontrent et constitueront des fleuves qui s’offriront à la mer qui rassemble les continents. Les chemins se rejoignent dans nos montagnes du pays aux sources magiques, ils permettent la circulation d’une vallée isolée à l’autre et la rencontre.Nous avons à présent sur nos montagnes du Nord de l’Albanie un projet d’éducation non formelle pour les enfants qui est l’apprentissage de la lecture et de l’écriture au travers de l’écriture de contes et la constitution de spectacles vivants, où nos petits artistes de chacune de ces vallées isolées pourront se donner et offrir leur création aux villages voisins. C’est les enfants de Theth qui en sont les initiateurs, l’idée leur est venue lorsque votre conte leur a été raconté. La semaine de solidarité sur Illkirch a pour but de leur donner les moyens de réaliser ce projet.Votre conte sera raconté lors de cette fête et invitera tous les enfants à s’assembler. 1 à 0 Une fois de plus c’était vous qui aviez raison la vérité n’est pas là où l’on pense, il suffit de savoir regarder. Continuons à creuser tous ensemble nos sillages, remettons nous ensemble en chemin. Je me réjouis de vos prochaines nouvelles et vous embrasse avec toute mon affection. L’ethnopsychologue du villages aux sources magiques en Albanie.

28 03 2012
Le chauffeur intrépide du village aux sources magiques en Albanie

Mirëdita, quelle bonne journée que de vous saluer en ce jour de printemps après notre rude hiver et de se rappeler que nous avons des amis. Je viens en tant que maire du village vous apporter une invitation, c’est de construire ensemble cet été dans le pays aux sources magiques un moment de fête, de poésie et de chansons. Apportez vos photos, vos contes et vos tableaux, exposons-les à l’école du village aux sources magiques, invitons tous les enfants présents, petits et grands, jeunes et vieux, enfants de Theth et d’ailleurs pour ensemble créer de beaux contes des chansons d’enfant. Encourageons nos enfants qui se sont mis dans votre sillage et aidons les à grandir dans des moments de vérité et de bonheur partagés. Mon mercedes 307 D est grand et solide, et son chauffeur connaît les moindres caillous. Il pourra transporter vos tableaux en toute sécurité et amener à bon port.
C’est avec grand coeur que je vous dis merci, vous envoie mon salut albanais et vous dis à bientôt.

Pashko maire du village aux sources magique et chauffeur chevronné d’Albanie

28 03 2012
polo

Chère Martine, cher Pashko, chers enfants et habitants du village aux sources magiques.

Que dire après ces incroyables messages d’amour et d’amitié qui nous réchauffent les cœurs. Nous avons été immensément émus de savoir que notre petit conte vous a beaucoup touché. C’est également un grand honneur de savoir que nos petits contes seront traduits en albanais. Beaucoup d’auteurs n’ont pas eu cette chance et doivent bien nous envier.

Pour paraphraser ce conte, je dirais que « le chemin que l’on parcourt est infiniment plus important que la destination, car c’est là que nous y avons fait les plus belles rencontres ».

Falemnderit à vous tous pour cette magnifique invitation que nous allons essayer d’honorer. Nous reconnaissons là l’immense hospitalité des Albanais.

Les voyageurs artistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :