De Panama Ciudad à Cartagena De Indias

24 12 2016

Voici un petit texte de Vana avec quelques photos que j’ai prises pour vous donner des nouvelles de nos pérégrinations en Amérique du Sud et vous souhaiter à tous de bonnes fêtes de fin d’année.

Panama

…impressionne à l’arrivée par ses buildings tout le long de la mer, puis on pénètre dans la vieille ville avec ses maisons coloniales colorées et pour certaines très bien restaurées. Évidemment c’est touristique, cher et bruyant, mais tout de même sympathique. Il y a encore beaucoup de vieilles maisons, dont il ne reste que la façade, à restaurer. À côté il peut y avoir une vraie ruine avec encore de vraies gens qui y vivent, pour combien de temps ?

dsc04814_bq12m_w1440

dsc04751_bq12m_w1440

dsc04730_bq12m_w1440

dsc04726_bq12m_w1440

dsc04754_bq12m_w1440

dsc04965_bq12m_w1440

dsc04968_bq12m_1_w1440

dsc04967_bq12m_2_w1440

dsc04957_bq12m_w1440

dsc04873_bq12m_w1440

S’il y a une attraction incontournable, c’est évidemment le canal. Le site de Miraflores avec ses 3 écluses est le plus proche de la ville, c’est celui que nous visitons. Du haut d’un bâtiment musée, on peut voir les bateaux passer les écluses. C’est assez hypnotique on pourrait rester la journée à regarder de gros tankers, mais aussi de petits voiliers, monter et descendre pour rejoindre le Pacifique. La baie est remplie de bateaux de toute sorte qui attendent leur tour.

dsc04925_bq12m_w1440

dsc04916_bq12m_w1440

dsc04896_bq12m_w1440

dsc04921

Mis à part le canal, la nature est superbe et elle est juste à côté de la ville. De la forêt tropicale, on peut voir les gratte-ciels !

dsc04955_bq12m_w1440

dsc04947_bq12m_w1440

Nous faisons aussi un tour sur l’ile Taboga et un petit séjour sur les iles…

dsc05062_web1440

dsc05058_bq12m_w1440

dsc05053_bq12m_w1440

dsc05040_bq12m_w1440

dsc05081_bq12m_w1440

Puis nous passons 2 jours dans la ville moderne, plus animée, plus populaire, plus pauvre aussi. Le pays nous aura plu pour la gentillesse de ses habitants, ses infrastructures à l’américaine: gigantesque piste cyclable et circuit pour joggeurs (et promeneurs), terrains de tous les jeux de ballons possibles en accès libre.

dsc04819_bq12m_w1440

dsc04835_bq12m_w1440

dsc04752_bq12m_w1440

dsc04831_bq12m_w1440

dsc05090_web1440

dsc05087_bq12m_w1440

Colombie

Nous ne passerons que 2 jours à Bogotá, avec du soleil heureusement, car il y fait frisquet ! Nous nous sommes tout de même bien baladés (mais attention c’est bien gardé, la police veille et canalise le flot des touristes dans les zones sécurisées) avec une visite au musée Botero.

dsc05125_web1440

dsc05160_web1440

dsc05210_web1440

dsc05206

Nous avons eu la chance d’assister au spectacle des lumières de Lyon sur la plaza Bolivar. C’était superbe !

Depuis quelques jours, nous sommes maintenant à Carthagène qui est une ville colorée, vivante, on s’y sent vraiment bien ! La partie ancienne de la ville est très touristique, mais c’est la plus jolie ! Un peu comme Antibes quoi !

dsc05330_bq12m_w1440

dsc05259_bq12m_w1440

dsc05261_bq12m_w1440

dsc05294_bq12m_w1440

Publicités




Rio San Juan

18 02 2016

Des lieux encore sauvages et authentiques: Le Rio San Juan avec, perdu dans la jungle où aucune route n’arrive et où ne circule aucun véhicule à moteur à part quelques bateaux sur le fleuve, le petit village d’El Castillo.





Notre cabane au bord du lac sur l’ile d’Ometepe

26 01 2016

C’est dans cette cabane au bord du lac, située dans une ferme bio où les propriétaires sont adorables comme tout, que nous sommes depuis quelques jours et sans doute pour encore pas mal de jours. Ici, on nous concocte des petits plats avec des produits bios de la ferme et des poissons du lac. Un petit paradis qu’il va être difficile de quitter!





La Punta Jesus Maria

26 01 2016

La Punta Jesus Maria est une étonnante langue de sable qui s’étire jusqu’à un kilomètre sur le lac Niracagua au large de l’ile de Ometepe, sur laquelle, tel Jésus, vous pouvez marcher sur l’eau.

DSC02258_BQ12M-web_2048

 

 





El Año Viejo

2 01 2016

Au Nicaragua et dans plusieurs pays d’Amérique Latine, la tradition veut que, à l’approche du Nouvel An, l’on prépare un pantin fait pour l’occasion de vieux habits rempli de papier et de pétards. Ce pantin est baptisé El Año Viejo et peut éventuellement ressembler à quelqu’un que l’on n’aime pas, qui est la cause de nos malheurs ou encore à un personnage connu. Entre Noël et le jour de l’an, El Año Viejo est exposé devant sa maison, assis sur une chaise avec un écriteau énumérant les malheurs de l’année et les souhaits pour la prochaine année. On le verra aussi souvent avec une bouteille d’alcool vide sous le bras.

À minuit, lorsqu’arrive l’année nouvelle, l’on brule El Año Viejo, avec son lot de malheurs, de regrets, de disputes et de colères, qui ainsi partent tous en fumée. Alors, une nouvelle année vierge de toute rancœur commence, année que l’on accueille avec joie au son des pétards et des feux d’artifice.

Je souhaite que pour cette année votre cœur comme ceux des Nicas, vierge de tout ressentiment, vous donne encore plus de joie, plus d’amour et plus d’envies de respecter l’autre avec toutes ses différences. Je vous souhaite pour 2016, de vivre vos rêves et surtout que vous en ayez toujours plus. Vivez vos rêves avant qu’ils ne se fanent, c’est eux qui vous maintiendront en vie, jeune et longtemps.

Bonne année 2016 à tous

 

 





León by night

14 12 2015




León @ Nicaragua

11 12 2015