Reportage « Aventure humanitaire dans les Pangalanes… »

17 09 2014

Voici un reportage publié dans le magazine « Sans Frontière ».

SansFrontieres-Aventure dans les Pangalanes1

 

SansFrontieres-Aventure dans les Pangalanes2

Publicités




Publication dans Sans Frontières

15 09 2014

Le magazine Sans Frontières publie ce mois-ci un reportage que j’ai effectué sur une mission humanitaire sur le Canal des Pangalanes à Madagascar.

 

 





Mémé Jonah

25 12 2013

MJ1

Il était une fois, très très loin d’ici, dans un pays que l’on nommait Madagasikara, une dame que tout le monde appelait Mémé Jonah. Elle vivait seule avec sa mère de 96 ans et les deux enfants que sa fille lui avait abandonnés. La vie était très difficile à cette époque à Madagasikara et Mémé Jonah avait bien du mal à entretenir toute cette famille.

Puis un beau jour, le Père Noël passe par là…

Le rêve de Mémé Jonah

Mémé Jonah est une femme énergique et déterminée qui sait bien ce qu’elle veut. À 66 ans, elle rêve d’ouvrir un petit commerce de riz et de légumes secs pour pouvoir nourrir sa famille.

Pour démarrer son activité et accomplir son rêve, il lui faudrait cependant une bonne centaine d’euros. Cette somme, qui représente une véritable fortune pour Mémé Jonah, comprend l’achat du stock de bases et également d’une balance, indispensable pour ce type d’activité.

Mémé Jonah vient taper à la porte

Aujourd’hui, elle est venue taper à la porte de l’ONG Fitiavana pour demander le financement du démarrage de son activité. Mémé Jonah n’est pas une inconnue pour l’association ; ses deux petits-enfants y sont déjà parrainés.

Elle présente à Albert, le présidentMJ2 de l’ONG, une feuille pliée en tout petit. Sur celle-ci, les prix de vente des différentes denrées couramment pratiqués dans son quartier, comme le riz,  les haricots secs, ou encore les cacahuètes, qu’ici l’on appelle « pistaches », y sont notés au kilo et à la kapoaka. La kapoaka étant l’unité de mesure très officielle malgache correspondant à une petite boite de conserve.

Sur la feuille de mémé Jonah, tous les prix sont inscrits en Francs malgaches (FMG). Bien que cette monnaie ait été remplacée par l’Ariary (MGA) en 2005, tout le monde ici sur la côte Est, parle encore en FMG, un FMG valant cinq MGA.

Après étude des différents besoins de mémé Jonah, Albert accorde un total de 300 000 MGA pour le démarrage de l’activité.

C’est en vélopousse que nous nous y rendons

MJ3C’est dans le quartier Valpinson, où sont situés tous les grossistes, qu’il faut se rendre. Là-bas, l’on y trouve à peu près tout pour démarrer ce genre d’activité.

C’est en vélopousse que nous nous y rendons. Mamy, la trésorière de l’association est venue accompagner mémé Jonah pour effectuer tous ses achats.

Le prix de revente étant fixé par rapport à ceux qui se pratiquent dans le quartier de Mémé Jonah, il lui faut trouver des marchandises avec un prix d’achat adapté et marchander très ferme les prix.

Le grossiste présente un échantillon des différentes qualités de riz proposées. On y trouve du riz de différentes provenances, comme l’Inde, le Vietnam ou le Brésil.

MJ4b

Bien que Madagascar soit un producteur de riz assez important, on ne trouve que très peu de riz malgaches: ceux de qualité supérieure sont pratiquement tous réservés à l’exportation et principalement la Chine. Ici, on ne trouve que du riz de qualité inférieure provenant de Madagascar.

MJ5

Un riz trop jeune ne gonfle pas

Un autre problème inattendu se présente alors. Le riz vendu par les grossistes n’a pas été stocké suffisamment longtemps. « Un riz trop jeune ne gonfle pas suffisamment ! », nous affirme mémé Jonah. Il est beaucoup moins intéressant pour la cuisine et se vend mal.

MJ6

Il nous faut alors nous rendre chez des revendeurs de demi-gros, lesquels proposent des riz suffisamment stockés. Les prix moins intéressants proposés doivent être négociés ferme et bien étudiés en fonction de ceux fixés par Mémé Jonah.

MJ7

S’ensuit alors la tournée des différents revendeurs afin de trouver le meilleur produit au meilleur prix. Chaque fois, c’est le même rituel. Il faut contrôler le riz, le toucher, le sentir et surtout négocier ferme les prix.

MJ8

Après moult visites et palabres, nous trouvons enfin notre bonheur dans une petite échoppe où l’essentiel du stock sera acheté. Il faudra en tout cent kilos de riz et une cinquantaine de kilos de diverses denrées alimentaires pour le démarrage de l’activité.

MJ9

Mamy, après avoir minutieusement contrôlé la note annoncée par le vendeur, paye la totalité des achats.

MJ11

Les marchandises sont alors chargées sur un vélopousse pour être transportées chez Mémé Jonah.

MJ12

C’est avec un grand sourire et des yeux remplis de bonheur qu’elle nous quitte pour enfin commencer sa nouvelle carrière.

MJ13

La petite boutique de Mémé Jonah

MJ14

 

 

 

 

 

 

MJ15

 

Quelques jours plus tard, nous retrouvons Mémé Jonah dans sa boutique. Elle nous présente fièrement tous ces produits bien exposés sur l’étalage sous les yeux remplis de fierté de sa maman de 96 ans.

MJ16

 

Quelques instants après, une cliente vient pour acheter un kilo de riz que Mémé Jonah pèse minutieusement.

Une fois le poids ajusté au grain près, Mémé ajoute gracieusement une bonne poignée de riz. Un petit geste commercial qui fera sans doute sa réputation dans le quartier.

Une cliente et une vendeuse heureuses

MJ17

C’est avec une joie non dissimulée qu’elle encaisse le produit de sa vente. Voici une cliente et une vendeuse heureuses ; que demander de plus ?

Voilà comment avec seulement une centaine d’euros, une famille malgache peut démarrer une petite activité et vivre dignement.

Maintenant, il ne reste plus à Mémé Jonah qu’à bien gérer ses stocks à mesure des ventes et surtout à garder suffisamment d’argent pour alimenter ses stocks.

Voilà, cela aurait pu être un beau conte de Noël. C’est la réalité et ça se passe parfois comme ça à Madagasikara.





À la rencontre du peuple malgache

1 12 2013

Voici un mois et demi que nous sommes à Madagascar et déjà il nous semble être là depuis de longs mois tant nous avons vécu de rencontres fortes, attachantes et parfois incroyables. Voici quelques images de ces rencontres. Derrière chaque image se cache une histoire, une aventure humaine parfois émouvante. J’essayerai de vous en raconter quelques-unes dans mes prochaines publications.

Pour l’instant, nous avons visité trois ONG. Chaque ONG a ses particularités de par ses objectifs, mode de fonctionnement… Mais toutes ont en commun le dévouement total de personne et principalement des fondateurs sans qui plus rien ne fonctionnerait vraiment.

Nous avons passé un peu plus de trois semaines au sein de Fitiavana, une ONG qui a pour vocation, grâce aux parrainages, d’aider les enfants à la scolarisation, de les nourrir, de s’occuper de leur santé et d’aider leur famille. C’est ainsi que 140 enfants ont pu accéder à l’éducation et peuvent aujourd’hui entrevoir un avenir meilleur. Fitiavana est brillamment dirigé par le dynamique et sympathique Albert à qui rien n’échappe.

Ensuite, nous sommes restés environ deux semaines au sein de Fanatenane, une ONG qui a pour vocation initiale de recueillir les jumeaux abandonnés par certaines tribus à cause de croyances ancestrales. Nous avons suivi des missions médicales émouvantes en brousse. Cette ONG est complètement orchestrée par Éliane et Gérard, les fondateurs qui veillent à tout.

Nous sommes à présent au sein de Domino Madagascar, une ONG belge. Dominique a créé une école pour les enfants défavorisés de Tana où les élèves passent une bonne partie de leur temps à des activités artistiques : danse, art plastique, musique, cirque, création de court métrage… Le but est de faire des spectacles, des expositions… et que tout cela serve à financer l’association et obtenir ainsi une certaine autonomie. Un très beau projet brillamment dirigé par la sympathique Dominique.

Polo